Have a Question?

If you have any question you can ask below or enter what you are looking for!

Sophie Hicks — Wikipédia


Sophie Hicks est une journaliste britannique de mode et une architecte connue pour son travail sur des boutiques de mode.

Mode[modifier | modifier le code]

Née à Londres en 1960, elle commence à travailler à dix-sept ans comme rédactrice de mode, invitée par le magazine Harpers & Queen’s. Par la suite, elle intègre le Vogue britannique alors tenu par Grace Coddington[1] puis le magazine Tatler[2].

Quittant la presse, elle travaille deux ans pour Azzedine Alaïa, comme photographe pour le couturier[3].

Architecte[modifier | modifier le code]

À 26 ans, après neuf ans passés dans la mode qu’elle voit dit-elle, tourner en rond[3], elle change de cap[1],[4] : « J’aime bien vivre des expériences nouvelles et différentes, et j’aime bien prendre des risques » explique-t-elle[3].

Elle s’inscrit à la fin des années 1980[5] puis est diplômée en 1993 de l’Architectural Association[1] et deveint architecte agréée l’année suivante[3]. Entre temps elle fonde son agence en 1990, alors qu’elle est encore étudiante[3]. Elle travaille surtout sur des projets résidentiels[3] avec un style qualifié de « discret, sobre et durable »[5].
Mais loin de quitter la mode, son premier client est le styliste Paul Smith[5]. En 2002 elle dessine la boutique Chloé de Sloane Street à Londres, pour laquelle elle collabore avec Phoebe Philo pour le design du lieu[3],[6]. Elle réalise en 2008 la boutique parisienne de 600 m2, inspirée « de l’esthétique japonaise traditionnelle » pour le créateur Yohji Yamamoto, qu’elle connait pour avoir vu ses défilés à Paris lorsqu’elle était journaliste[3],[7],[8]. Elle dessine en 2015 un point de vente à la décoration minimaliste pour la marque suédoise Acne en Corée, dans le quartier des boutiques de luxe[9], puis travaille sur la boutique de la marque de produits de beauté Grown Alchemist en Australie en 2019.

Elle est la mère de trois enfants, Arthur, Olympia Campbell (en) et Edie Campbell[5],[10]. Elle travaillera pour cette dernière comme architecte, concevant sa maison[11]. Elle est également « examinatrice externe » pour l’Architectural Association[3] et scénographe d’expositions[2].

  1. a b et c (en) Ned Beauman, « Architect Sophie Hicks is Applying Her Minimalist Style to Her Own Projects », sur wsj.com,
  2. a et b
    (en) Donatien Grau, « An Interview with Sophie Hicks, Fashion’s Architect », sur anothermag.com, (consulté le )
  3. a b c d e f g h et i (en) IZZY BILKUS, « SOPHIE HICKS DISCUSSES THE FASHION INDUSTRY AND HER CAREER IN ARCHITECTURE », sur nrmagazine (consulté le )
  4. (en) « THE PIN–UP QUOTE: SOPHIE HICKS », sur pinupmagazine.org (consulté le )
  5. a b c et d (en) Alice Rawsthorn, « How Architect Sophie Hicks Built Her Ingenious London House », sur wmagazine.com, (consulté le )
  6. (en) « CHLOE COMES TO LONDON », sur British Vogue, (consulté le )
  7. MARYSE QUINTON, « SOPHIE HICKS FAÇADE EN PAPIER » Accès payant, sur lemoniteur.fr, (consulté le )
  8. Sophie de Santis, « Les magasins cathédrales », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  9. (en) Mairi Beautyman, « Sophie Hicks’s Strikingly Minimalistic ACNE Boutique in Seoul is Far from Gangnam Style », sur interiordesign.net, (consulté le )
  10. (en) Jack Malvern, « Architect Sophie Hicks sues neighbours in underground home battle » Accès limité, sur thetimes.co.uk, (consulté le )
  11. Ellie Pithers, « Visite guidée de la maison de campagne d’Edie Campbell dans Northamptonshire », sur vogue.fr, (consulté le )




Source link
#Sophie #Hicks #Wikipédia

Tags:  , ,
%d bloggers like this: